Planter une haie

Planter une haie

Rompez la monotonie d’une haie stricte en l’habillant de quelques arbustes nains plantés dans un massif accolé ou d’une “mixed-border”, un style de décoration qui fait le charme des jardins anglais. Elle est composée d’un mélange de plantes vivaces et de petits arbustes à port étalé.

Pour vivre heureux, vivons cachés, dit une maxime. Pas trop, car des percées dans la clôture qui entoure votre jardin permettent d’avoir une vue sur l’environnement et donnent ainsi une impression de plus grande superficie. Toutefois, il est bon de se préserver quelques zones d’intimité.

Isolez-vous rapidement avec une espèce à croissance rapide comme le laurier-cerise, le troène ou les conifères (thuya, cyprès de Leyland). En bord de mer, l’oléaria et le tamarix résistent aux embruns, ce dernier se garnissant de jolies fleurs roses. Dans le Midi, l’éleagnus et l’abélia résistent à la chaleur. Le chèvrefeuille en arbre et le cotoneaster forment des haies taillées originales. Dans les haies libres, mélangez noisetiers pourpres, lilas et cornouillers qui donneront de la couleur en toute saison. En haie défensive, faites appel au berbéris, à l’argousier et au mûrier. Enfin, n’oubliez pas les rosiers paysages, aux longs rameaux couverts de fleurs du printemps jusqu’en fin d’automne.

Creusez un trou à chaque emplacement d’arbuste. Mais vous gagnerez en facilité de mise en place si vous ouvrez une tranchée. Comptez une largeur de 0,60 à 0,80 m selon la taille des arbustes et autant en profondeur.

Pour la quantité d’arbustes à prévoir, basez-vous sur un espacement de 0,80 m entre chaque plante, quelle que soit la taille qu’elle présente lors de votre achat. Une mise en place plus rapprochée gêne la bonne végétation. Plus éloignée, vous risquez d’avoir des trous dans la haie.

Les haies rectilignes, bien taillées, sont esthétiques. Mais cela demande de l’entretien, car il faut couper au moins deux fois par an les jeunes pousses. Si le temps que vous pouvez consacrer à votre jardin est réduit, préférez planter une haie libre, composée d’arbustes variés que vous laissez pousser naturellement. Vous n’aurez qu’une intervention à effectuer de temps en temps, pour rajeunir les vieux pieds.

Sachez qu’il existe une législation à propos des plantations situées en limite de propriété. Vous devez respecter une distance d’au moins 0,50 m entre cette limite et le tronc de l’arbre ou de l’arbuste, lorsque le végétal mesure moins de 2 m de hauteur. Au-delà, vous ne devez pas planter à moins de 2 m de distance de la clôture.

Question de budget

Il ne faut pas se leurrer, aménager un jardin coûte de l’argent. Mais vous pouvez tout de même prévoir “grand” si vous avez la patience d’attendre et, surtout, si vous avez étalez les travaux dans le temps.

Sachez aussi qu’il existe des solutions de crédit cela concerne surtout les achats de matériels – auxquelles vous pouvez faire appel. Elles permettent d’être correctement équipées, avec des outils fiables et de qualité, dès le départ. Pour ce qui est des aménagements, commencez par les plantations d’arbres, la pelouse et les allées. Les années suivantes, complétez par les haies, les arbustes et des fleurs faciles à cultiver, obtenues par semis, un sachet de graines n’étant pas d’un coût prohibitif. Enfin complétez vos plantations en élargissement les massifs d’arbustes et en plantant les fleurs, notamment les vivaces. Pensez que ces dernières se divisent tous les 3 ou les 4 ans, car elles prennent rapidement trop d’ampleur. Cela vous permet, au fil des ans, d’étoffer votre décor.