Conseils et astuces pour le lavage des textiles

Le lavage des textiles a pour but d’éliminer la poussière, les taches, le surplus de teinture, tout en conservant les qualités d’origine du tissu : structure, couleurs et solidité. Il faut donc prendre en compte sa résistance particulière, et celle de ses couleurs, à l’eau, à la chaleur et aux produits chimiques contenus dans les poudres à laver.

Depuis quelques décennies, les progrès réalisés dans le domaine du matériel électroménager ont considérablement transformé cette opération de nettoyage du linge.
On sait aujourd’hui que les textiles absorbants (fibres naturelles et viscose) retiennent l’eau à l’intérieur même des fibres et que la chaleur favorise leur capacité d’absorption.
Pourtant ils se modifient quand ils sont mouillés, en particulier sur le plan de la forme et de l’élasticité. Comme beaucoup sont moins résistants à l’état humide, surtout la soie, la viscose et la laine, il faut les manipuler avec délicatesse; le lin ne doit subir qu’un minimum de tractions mécaniques, ses fibres assez solides ayant tendance à craquer.

Choix de la lessive:

Les indications qui figurent sur les lisières des étoffes tiennent surtout compte des teintures, non des fibres, et ne renseignent pas sur les types de poudre à utiliser.
Or, on trouve sur le marché de nombreux produits dont les différents constituants chimiques doivent être connus pour être employés à juste titre. Il en existe quatre types principaux: la poudre universelle “à bouillir”, la poudre dite “couleurs” pour le linge plus délicat, les produits spécialisés (pour la laine par exemple), et les produits de prélavage.

La lessive universelle est parfois nécessaire pour nettoyer les vêtements de couleur tachés en profondeur (coton grand teint à 60 et 40°C), mais elle est destinée avant tout au lavage du linge blanc à 95°C. Les produits “couleurs” sont neutres (ni basiques, ni acides): ils présentent une plus grande proportion de substance lavante, mais sont dépourvus d’agents blanchissants, d’enzymes et d’azurant optique.
On les emploie pour le lavage, à la main ou en machine, des cotonnades de couleur, des lainages et des soieries. Les produits spécialisés s’appliquent à la laine et aux textiles synthétiques blancs. On les utilise également pour la soie.
Enfin, les produits de prélavage ou de trempage possèdent un taux de basicité important et des enzymes ainsi que de l’azurant optique, mais pas d’agents blanchissants. Ils concernent les pièces blanches très sales, les cotons de couleur et les mélanges coton et fibres chimiques.
Il ne faut les employer ni pour la laine ni pour la soie, qui d’ailleurs ne doivent jamais être mises à tremper.