Un jardin écologique c’est facile !

Un beau jardin écologique, une terre riche et grasse, combien de prétendant jardiniers ont en rêvé? Avec les préoccupations environnementales, le jardinage se fait écologique et devient l’activité « verte » par excellence. Les fertilisants se font naturels, les techniques retournent à l’essence même de la terre et les pesticides se font discrets mais efficaces.

Les fertilisants alliés de votre jardin

Un jardin écologique réussi est avant tout un jardin dont on prend soin : sol préparé et nourri, il est aussi bon de l’analyser pour en déterminer les forces comme les faiblesses (ph, densité, éléments fertilisants déjà présent ou faisant défaut).

Dans les engrais, on trouve des fertilisants naturels tels que l’azote, du phosphate et du potassium. Ces éléments minéraux ont leurs vertus.

  •  Ainsi, l’azote permet la croissance des éléments structurants des végétaux soit tiges et feuillages. Les plantes carencées en azote auront des les feuilles jaunies ou blanchies, les tiges molles.
  • Le phosphate a des effets sur les racines et influe donc sur la santé générale de la plante. Plus spécifiquement, les jeunes plants, les végétaux à fruits et graines ou logiquement les légumes racines comme les carottes. Si vos plantations manquent de potassium, elles se manifestent par des racines faibles, une résistance moindre aux parasites et des récoltes faibles. Cette carence s’accompagne d’une coloration bleue/violette sur les feuilles.
  • Le potassium agit sur les fruits ou les fleurs et concerne particulièrement les plantes à tubercules ou bulbes comme les tulipes. Le manque de potassium colore les bords des plantes de jaune ou de brun, les fruits ne sont pas viables.

 

Les engrais écologiques

Les fertilisants seront le compost, le fumier ou les engrais verts. Il est certain que le fumier doit provenir d’élevage biologique pour être de qualité. Le plus pratique est de faire appel à un éleveur de votre voisinage.

Construire un bac à compost est actuellement très à la mode dans les jardins. Gros bac de bois enduit de sulfate de cuivre, vous pourrez y mettre vos déchets végétaux, les mauvaises herbes, l’herbe tondue, les tiges et feuilles fanées, la terre des pots, les rebuts de taille d’arbre ou arbustes, les litières animales, les cendres. Si vous avez des branchages conséquents, pensez à les réduire au préalable. Pour accélérez la composition du compost, ajoutez une couche d’orties tous les 20 cm, que vous arroserez généreusement. Pour sécher un compost trop humide, ajoutez paille ou cendres.

Pour votre fumier, le mieux est de l’utiliser après une année, il sera alors parfait pour votre jardin. Pour le conserver, il fut l’arroser et le garder couvert l’été. Vous pouvez aussi l’enrichir de sciure de bois, de déchets organiques, de cendres pour la potasse ou de sang séché pour l’azote. Le fumier se dépose sur une couche de 15cm que vous aurez griffé pour l’incorporez légèrement.

Lorsque votre jardin n’est pas en culture, le meilleur engrais sera d’y planter trèfles, luzerne, moutarde, phacélie, colza, seigle, sarrasin, féverole pour nourrir votre sol. Si vous avez besoin d’une pousse rapide entre 2 cultures, pensez à la moutarde ou au colza.

Nos amis les pesticides

Un beau jardin est avant tout un jardin vivant, ainsi il faut accepter de partager son potager avec nombre d’êtres vivants. Lombrics pour aérer la terre, la coccinelle friante des cochenilles et autres pucerons, le hérisson mangeant les limaces qui dévorent vos salades, et surtout l’abeille, garante de la pollinisation.

Les arguments contre les pesticides chimiques ne manquent pas surtout lorsque l’on sait que personne ne les utilise à bon escient et que leurs effets ne sont ainsi pas optimums. C’est ainsi beaucoup d’argent jeté par les portes et fenêtres pour des résultats peu concluants.

Dans la liste des nuisibles que vous aurez à combattre avec votre armée d’insectes et animaux pesticides, vous pouvez compter les araignées rouges, les champignons, les chenilles, les fourmis, les limaces, les pucerons.

Pensez enfin à recueillir les eaux de pluie pour vos arrosages et pour limiter les consommations excessives, soignez vos plantes et végétaux. Coupez les tiges et fleurs fanées, travailler la terre régulièrement, arrosez plus en profondeur et à l’arrosoir. Et enfin regardez la météo afin de ne pas arroser quand il est annoncé de la pluie !