Les motobineuses : les dents de la terre

motobineuse

Aérer, décompacter enfouir régénérer, nettoyer, niveler… les fonctions d’une motobineuse sont multiples. En cette période hivernale, retournez vos massif et votre potager pour les préparer à recevoir les futures plantations .

Indispensable dans la panoplie du jardinier, comme l’est la tondeuse ou le sécateur, la motobineuse n’est pas un outil destiné à rester cantonné dans le potager. Pour qu’elle soit la plus polyvalente possible, sachez bien vous équiper. Voila à quoi sert une motobineuse

Les motobineuses : pour brasser la terre

Une motobineuse est composée d’un moteur, électrique ou thermique, monté sur un châssis sous lequel est installé un ensemble de couronnes comportant 4 couteaux. Ce sont les “fraises”.

Ces couteaux sont légèrement courbés et affûtés de façon à pénétrer dans le sol, même fortement tassé. La plupart des motobineuses dispose d’origine de 2 paires de couronnes situées de part et d’autre du moteur. Il est possible d’ajouter d’autres couronnes de façon à travailler sur une plus grande largeur. Celle-ci est en général comprise entre 0,30 et 0,80 m.

Aux extrémités des fraises, on installe des disques protège-plantes. Ainsi, lors du brassage de la terre, les végétaux en place ne sont pas soulevés, les disques découpant verticalement le sol à proximité de leurs racines.

Les transformables :à la fois motobineuse et motoculteur

  • Equipement motobineuse
  • Equipement motoculteur

Certaines motobineuses peuvent également recevoir une charrue pour le labour. On parle alors d’outil transformable.

On remplace les couronnes de fraises par des roues agraires et l’on installe sur un crochet d’attelage une charrue ou un brabant (charrue à deux socs). La motobineuse devient alors motoculteur.

Le moteur à essence doit être suffisamment puissant pour entraîner l’engin et tirer la charrue (minimum de 5 à 6 ch.).

Pour que le soc pénètre dans la terre, des masses complémentaires sont installées sur le moyeu des roues et l’avant du moteur.

Les électriques : idéales pour les mini-jardins

Si vous disposez d’une petite surface à travailler ou si vous avez tout simplement quelques massifs floraux à entretenir, une motobineuse à moteur électrique suffit amplement. Vous pouvez ainsi les débarrasser de leurs mauvaises herbes et briser la croûte superficielle formée par les eaux de pluie et d’arrosage.

Ces appareils disposent de petites couronnes de couteaux qui tournent à grande vitesse et émiettent le sol tout en jouant le rôle de binette ou de sarcloir. Pour travailler confortablement, installez des prises d’alimentation électrique à proximité des surfaces à travailler, cela vous évitera d’avoir à traîner derrière vous de grandes longueurs de câble.

Travailler confortablement, c’est travailler mieux.

Travailler la terre n’est pas de tout repos. Mieux vaut donc être bien équipé et avoir un outil facile à manier.
Les mancherons doivent être réglables en hauteur pour s’adapter à la taille de l’utilisateur. La position idéale est le maintien des deux poignées du guidon les bras presque tendus, le corps bien droit.

Les mancherons doivent être également réglables en déport, c’est-à-dire qu’ils peuvent pivoter d’un côté ou de l’autre par rapport à l’axe d’avancée. On peut alors conduire l’appareil en marchant sur le côté. C’est très pratique lorsque l’on prépare un lit de semis ou quand on passe la motobineuse le long d’un obstacle (mur, clôture, haie, etc.).

Un réglage en tous sens des mancherons est un élément de confort que l’on trouve sur la plupart des modèles. Il permet d’adapter la hauteur du guidon à l’utilisateur et de travailler en déport pour ne pas piétiner le sol fraîchement remué.

Une marche arrière, avec embrayage souple pour éviter les à-coups, apporte une facilité de manoeuvre lorsqu’on arrive en bout de parcelle à fraiser, pour effectuer des demi-tours sans avoir à tirer la machine vers soi. De même, deux vitesses avant permettent de moduler l’avancement en fonction du terrain.

Une ou deux vitesses avant et une marche arrière aident aux manoeuvres lorsqu’on butte sur une racine ou un gros caillou ou lorsqu’on arrive on bout de parcelle. Le choix permet aussi d’adapter la vitesse d’avancement à la dureté du sol.

Le système d’embrayage des couronnes de couteaux doit permettre un débrayage instantané lorsqu’on lâche la motobineuse. C’est ce que l’on nomme la “poignée homme mort “!

Conseils

Vérifiez aussi à ce qu’il y ait un capot au-dessus des fraises, pour vous protéger des projections de terre. De plus, en se trouvant bloquée sous ce capot, la terre est reprise plusieurs fois et finement émiettée.