Les types de chauffe-eau

Il existe cinq types de chauffe-eau domestiques : le chauffe-eau selon la demande (sans réservoir), le chauffe-eau intégré au système de chauffage, le chauffe-eau à réservoir de stockage, le chauffe-eau à thermopompe et le chauffe-eau solaire.

Le chauffe-eau selon la demande (sans réservoir)

Le chauffe-eau selon la demande, comme son nom l’indique, chauffe l’eau selon la demande, au fur et à mesure; il ne nécessite donc pas de réservoir de stockage. Ce type de système, électrique ou alimenté au propane liquide ou au gaz, peut réduire la consommation d’énergie jusqu’à 30 %. L’inconvénient de ce système, c’est qu’il ne pourra pas répondre efficacement à une demande excédant 3 à 4 gallons par minutes. En termes pratiques, cela veut dire que vous devrez attendre que le lave-vaisselle ait terminé son cycle avant de pouvoir prendre votre douche. C’est pourquoi ce type de système est surtout utilisé en « appoint » pour un usage particulier, comme par exemple pour alimenter le robinet de la cuisine.

Si vous prévoyez néanmoins reposer le chauffage de toute l’eau de la résidence sur un chauffe-eau sans réservoir, considérez alors le type dit « à faible masse », qui fournit une plus grande quantité d’eau chaude, permettant de mieux combler les besoins d’une maison (personnes seules ou couples sans enfants), en plus d’offrir un meilleur rendement énergétique.

Le système intégré

Ce type d’appareil, utilisant une seule chaudière alimentée par un réservoir externe isolé, combine deux fonctions : il sert au chauffage des pièces et de l’eau. Même s’il est efficace et moins dispendieux à installer (un seul système pour deux fonctions), le système intégré est moins fréquent, vu son faible rendement énergétique saisonnier : la chaudière doit en effet chauffer aussi en saison chaude, même si les besoins en chauffage des pièces sont nuls.

Le chauffe-eau à réservoir de stockage

Il existe quatre modèles de chauffe-eau à réservoir de stockage : électrique, au mazout, au gaz naturel et au gaz propane. Leur mode d’opération est fort simple; à mesure que l’eau chaude est puisée du réservoir, elle est remplacée par de l’eau froide. Un thermostat, réglé à une température prédéterminée, commande un ou deux éléments chauffants qui amènent l’eau froide nouvellement introduite à la température désirée. L’isolation du réservoir assure la rétention de la chaleur de l’eau et réduit les coûts d’énergie. Ce système ne comporte aucune pièce amovible. L’eau entre par gravité ou par pompage extérieur et son écoulement se fait de la même façon. Un chauffe-eau peut fonctionner pendant des années avec peu ou pas d’entretien, pour autant que la qualité de l’eau, les minéraux qu’elle renferme, soit favorable.

Le chauffe-eau à thermopompe

Une thermopompe ne produit pas sa propre chaleur : son principe est plutôt de capter la chaleur de l’air extérieur, puis de la transférer. Dans le cas du chauffe-eau, cette chaleur est transférée au réservoir. Puisque de l’air froid est produit au cours du processus, cet air peut être récupéré pour contribuer à la climatisation de la résidence, d’où une plus grande économie d’énergie. Le coût élevé de la thermopompe est largement compensé par les économies réalisées, qui peuvent être de l’ordre de 50 %, en particulier en zone tempérée. Son rendement diminue dans les régions où le mercure descend fréquemment sous la barre des – 8ºC.

Une autre sorte de thermopompe, de type « à air », capte la chaleur à l’intérieur de la maison pour la transférer à l’eau. En saison froide, cela peut résulter en une augmentation des coûts de chauffage de la résidence, tout en diminuant le coût du chauffage de l’eau. En saison douce, ou dans les régions plus tempérées, il en résulte une économie.

Enfin, les pompes géothermiques, surtout installées lors de la construction d’une maison neuve, utilisent la chaleur souterraine, plus stable que la chaleur de l’air, pour chauffer la maison l’hiver. L’été, la chaleur est évacuée dans le sol. Par l’ajout d’un désurchauffeur, la pompe géothermique préchauffe l’eau, d’où une économie moyenne de 25 % sur les coûts en énergie, mais augmentera les coûts d’installation du système géothermique d’environ 1000 $. Le rendement dépendra cependant de vos choix : désirez-vous que le système géothermique comble les besoins de chauffage résidentiels en premier, l’énergie restante étant alors utilisée pour chauffer l’eau, ou désirez-vous l’inverse ? Dans un cas comme dans l’autre, une autre source d’énergie est requise pour compléter le chauffage.

Le chauffe-eau solaire

Source d’énergie gratuite, le Soleil requiert cependant un équipement qui lui, n’est pas donné. Les économies réalisées compenseront par contre les coûts d’achat et d’installation de ce système, qui peut fournir jusqu’à 50 % des besoins en eau d’une maison.

Il existe deux types de chauffe-eau solaire : passif et actif. Le premier envoie l’eau préchauffée par le Soleil vers le chauffe-eau à réservoir de stockage ordinaire. Ce transfert se fait de façon passive, par pression de fluide. Le deuxième type, actif, utilise quant à lui des pompes pour faire le transfert. En région froide, ce n’est pas de l’eau, mais une solution antigel qui capte la chaleur, qui est ensuite transférée à l’eau via un échangeur thermique.

shares