Peinture : l’outillage

peinture

Pour réussir la peinture, une des conditions essentielles, c’est d’avoir un bon outillage. La qualité est toujours payante.

Pour peindre, avant de se procurer le plus cher, il s’agit de choisir ce qui est adapté à ce que vous désirez faire : le meilleur pinceau du monde s’épuisera à la tâche, là où un rouleau de moins bonne qualité serait recommandé…

En peinture, il n’existe pas d’outil miracle. Il y a le bon outil pour un bon travail.

Les brosses

Si vous voulez avoir l’air un petit peu professionnel, n’employez pas le mot de pinceau… en termes de métier, il s’agit d’une brosse.

Comme beaucoup de choses, les brosses s’améliorent à l’usage : elles perdent quelques poils et ceux qui restent, si vous entretenez correctement vos outils, résisteront longtemps à l’usage. Vous vous rendrez compte aussi qu’elles s’arrondissent et donnent une meilleure finition. Réservez plutôt vos brosses neuves pour les premières couches, le temps de les ” faire “.

Les brosses de qualité inférieure ont une faible densité de soies, elles tiennent moins bien dans la virole et ont tendance à tomber… Elles sont parfaites pour des tâches ” grossières ” (décapage, dépoussiérage, imprégnation de produits sur des bois bruts, etc.). Evitez les fibres synthétiques, utilisez des brosses en soies de porc et virole inoxydable : le résultat s’en ressentira.

Les brosses rondes ou ” pouces “ : utilisées pour les peintures courantes, on les trouve dans des diamètres de 11 à 36 cm.

Les brosses à ” rechampir “ : Elles sont rondes avec une extrémité plus bombée. Elles servent à peindre les angles, les moulures et les bois de fenêtre

Les brosses à badigeon : plus grosses que les précédentes, de fabrication plus grossière, elles sont utilisées pour laver, peindre des surfaces rugueuses. On les utilise aussi pour ” mouiller ” un vieux papier peint avant de le décoller.

Les ” queues-de-morue “ : Ce sont toutes les brosses plates, de 15 à 80 mm de large. Les plus épaisses servent à vernir, les plus minces sont choisies pour laquer. Certaines sont coudées afin de pouvoir peindre dans les creux des radiateurs.

Les rouleaux :

Ce sont les outils qui vous permettent d’accomplir un travail plus simple et plus rapide. Ils sont parfaitement adaptés pour couvrir de grandes surfaces. Les manchons se séparent généralement de la monture, ce qui offre une grande simplicité de nettoyage et la possibilité d’interchanger les manchons. On trouve 4 types de texture de manchon.

Les manchons en mousse : en mousse de polyuréthanne, ils sont polyvalents. On obtient une finition lisse.

Les rouleaux à rechampir : étroits pour les petites surfaces.

Les rouleaux d’angle : permettant de peindre parfaitement les angles de murs concaves.

Les rouleaux de dessinateur : pour tous les travaux délicats.

Les rouleaux à peindre les radiateurs : à long manche.

Les manchons de laine : Mélange de laine de mouton et de Nylon, pour tous les usages courants. Leur texture permet de mieux retenir la peinture. Les manchons à longue peluche donnent un aspect à gros grain et conviennent aux façades pour donner un crépi rustique.

Les manchons en mohair : Ils sont idéaux pour les peintures satinées, les vernis et les laques. Ils nécessitent un entretien parfait.

Les manchons en caoutchouc : Les manchons en caoutchouc proposent des reliefs très accentués (comme des pneus), ils permettent ainsi de créer des crépis décoratifs.

Les tampons.

Il s’agit d’une couche de mohair montée sur une semelle de mousse, le tout sur une semelle rigide équipée d’une poignée. Ils permettent des résultats d’un parfait ” lissé ” : parfaits donc pour vernis et laques. Il est cependant préférable d’utiliser des peintures émulsion car les solvants attaquent l’adhésif entre la mousse et le mohair.

Les pistolets.

L’ensemble pistolet compresseur bien que très efficace, nécessite pas mal de place et se justifie pour des travaux importants… Pour les travaux plus courants on lui préférera le pistolet à peinture électrique, plus léger et plus maniable.

Les accessoires.

Le ” camion ” et le bac à peinture : récipient de plus ou moins grande dimension, permettant de recueillir la bonne quantité de peinture. Vous pouvez aussi ainsi filtrer votre préparation de toutes ses impuretés.

La grille d’essorage : permet d’essorer le rouleau trop chargé en peinture.

L’agitateur : pour remuer toutes les peintures avant l’emploi (sauf les gels).

Les caches : en carton, plastique, en métal, ils permettent de protéger toutes les parties que vous ne voulez pas peindre.

Les rouleaux de bande de papier crêpé adhésifs sont aussi, bien sûr, très employés.