Les rosiers pour un jardin romantique

Si l’on vous demande de nommer la plante qui représente le mieux l’art du jardin depuis ses débuts, il y a plusieurs siècles; celle qui possède la plus grande symbolique tant philosophique qu’émotionnelle et qui, aujourd’hui, est la plus répandue dans tous les jardins du monde ? La rose vient immédiatement à l’esprit.

La passion dont les rosiers font l’objet ne se dément pas. On crée chaque année de nouveaux cultivars plus florifères ou plus résistants aux maladies. On observe également un intérêt renouvelé pour les belles variétés anciennes.

Peu importe, que votre choix se porte sur des variétés anciennes ou modernes, la rose aura éternellement la cote d’amour des jardiniers. N’est-elle pas la fleur par excellence du romantisme ?

Les variétés proposées par les marchands horticoles ont été sélectionnées parmi les plus belles et les plus faciles à cultiver. Elles incluent des cultivars qui ont fait leurs preuves de même que des nouveautés exclusives produites chez-nous. Une garantie de succès avec vos rosiers.

Les rosiers au jardin

Dépendant de leur forme les rosiers peuvent être utilisés de plusieurs façons.

  • En massifs composés : ‘Champlain’, ‘Iceberg’;
  • En haies libres fleuries ou en bordure d’allées : ‘Royal Bonica’, ‘The Fairy’, ‘Hansa’;
  • En couvre-sol dans les talus ou au pied des arbres feuillus : Série Flower Carpet;
  • En isolé greffé sur tige : ‘Chrysler Imperial’;
  • En pot décoratif sur la terrasse ou le balcon : ‘Abbotsford’;
  • Pour habiller tonnelles, pergolas, murs, etc., les rosiers grimpants : ‘John Cabot’, ‘John Davis’.

    Les catégories de roses

    La grande famille des rosiers est très diversifiée : rosiers miniatures, arbustes buissonnants au port érigé, arrondi ou rampant, et rosiers sarmenteux aussi appelés rosiers grimpants. La très grande majorité des cultivars vendus sont greffés.

    Hybrides de thé et grandifloras

    Les hybrides de thé sont les plus connus et les plus cultivés. On les apprécie beaucoup pour la fleur coupée. Leurs tiges robustes et dressées portent des grandes fleurs solitaires (hybrides de thé) ou groupées (grandifloras). Les fleurs semi-doubles ou doubles sont parfumées. Ces rosiers sont les plus fragiles. En zones 4 et 5, une protection hivernale est donc essentielle. Plus exigeants en ce qui à trait à l’entretien, il faut penser à la fertilisation, aux contrôles phytosanitaires et à la taille.

 

rosiers

  • FloribundasLes tiges florales portent à leur extrémité une abondance de fleurs semi-doubles ou doubles. La floraison est remontante et leur rusticité est supérieure à celle des hybrides de thé et des grandifloras.

Rosiers

  • Arbustifs rustiquesLes rosiers de ce groupe ont une croissance buissonnante au port plus souple que celui des hybrides de thé. Les fleurs peuvent être simples ou doubles, parfumées ou non. Disponibles dans une très large gamme de couleurs, ils sont aussi robustes, florifères et demandent peu de soins.Parmi les rosiers arbustifs, ceux des séries Explorateur et Parkland ont été développés au Canada. Avec une bonne couverture de neige, ils sont rustiques jusqu’à des températures de -35°C. Ils démontrent une bonne tolérance aux maladies fongiques des feuilles et ils offrent une floraison prolongée. Très faciles à cultiver, les rosiers rugueux sont les plus résistants de tous. Ils supportent les grands froids, les sols pauvres et les conditions venteuses. Ils ne requièrent aucune protection hivernale. On peut les utiliser avantageusement dans des situations difficiles, comme les abords des routes. La floraison s’étale de juin à septembre. De plus, ils produisent des fruits rouges décoratifs qui demeurent tout l’hiver.

rosiers

  • SarmenteuxCe sont les rosiers « grimpants ». Ils possèdent des longues tiges souples qui atteignent 2,5 à 5 m. Leur floraison est remontante ou non, selon le cultivar. De croissance vigoureuse, ces rosiers demandent à être attachés à un support : treillis, tonnelle, obélisque, mur. Vérifiez bien leur rusticité, car elle varie beaucoup selon les variétés.rosiers

    Floraison saisonnière ou remontante

    Les rosiers de type ancien et certains cultivars modernes ont une floraison saisonnière qui se situe généralement en juin-juillet. Cette floraison est spectaculaire, toutes les fleurs s’épanouissent en même temps sur une période d’environ trois semaines.

    En ce qui a trait aux rosiers hybrides modernes, ils présentent une floraison remontante, c’est-à-dire continue de juin à octobre. Elle est parfois plus abondante en juillet et sporadique par la suite.

    Bien cultiver ses rosiers

    Les rosiers exigent un emplacement bénéficiant d’un minimum de six heures d’ensoleillement quotidien. Un site bien aéré permet au feuillage de sécher rapidement et aide à prévenir les maladies fongiques.

    Le sol doit être ameubli à une profondeur de 60 cm, bien drainé et riche en matière organique et en éléments nutritifs. Le taux d’acidité ou pH se situe entre 6,5 et 7. Veillez à amender correctement le sol avant la plantation afin que vos rosiers vivent plus longtemps et fleurissent abondamment.

    Durant l’été, aérez le sol au pied des rosiers en le binant superficiellement. L’ajout d’un paillis organique à la surface du sol est souhaitable, car il conserve l’humidité du sol, l’empêche de se compacter et fournit une quantité d’humus. Les écales de cacao sont les plus appropriées. On évitera cependant les paillis d’écorce de conifères, car ils ont un effet nuisible sur la santé des rosiers.

    La taille des rosiers

    Il s’agit d’une opération relativement simple, mais vous devez bien connaître la catégorie de rosiers que vous cultivez (hybride de thé, arbustif rustique, sarmenteux) et le type de floraison de chaque cultivar (remontant ou saisonnier). Ces informations indiquent le type de taille à effectuer.

    Taille d’entretien annuelle selon la catégorie de rosiers

    • Hybrides de thérabattre court en conservant quatre tiges avec quatre à cinq bourgeons par tige.
  • Floribundas et grandiflorasrabattre légèrement plus haut en conservant cinq tiges avec cinq à six bourgeons par tige.
  • Rosiers arbustifs et miniaturesconserver les tiges jeunes et bien orientées. Enlever environ le tiers des branches : les branches brisées, les plus vieilles et les plus faibles.
  • Rosiers sarmenteuxraccourcir légèrement les branches principales. Tailler les branches latérales en conservant seulement deux à trois bourgeons. Afin de favoriser la mise à fleurs, palisser les branches principales pour qu’elles soient en position horizontale ou inclinée.

    Quand tailler?

    Le printemps est la meilleure saison pour tailler les rosiers. On pratique la taille d’automne seulement lors de l’installation d’une protection hivernale.

    Le moment précis de la taille varie selon le type de floraison.

    • Rosiers à floraison remontantetôt au printemps lorsque les bourgeons commencent à grossir.
  • Rosiers à floraison non remontanteen été, après la floraison. Les bourgeons floraux se forment en fin d’été, après cette taille, pour la saison suivante. Au printemps, vous enlevez les tiges gelées ou malades.À partir d’août, évitez les tailles sévères. On recommande alors de laisser en place les fleurs fanées qui se transformeront en fruits.Éliminez les rejets qui émergent sous le point de greffe ou sur les racines, dès leur apparition. En comparant avec le cultivar, vous les reconnaîtrez facilement. La quantité d’épines sur la tige, la forme et la couleur des feuilles présentent des différences évidentes.